Wednesday, October 10, 2007

Mon voisin


Okay, je ne veux pas bavasser sur les gens mais je dois tout simplement partager. Comme vous le savez, je travaille de chez moi. Je suis donc toute seule dans mon bureau la plupart du temps. Je ne me plains pas car j'aime ça en général. Mais il y a de ces moments où je me sens, bein, seule. J'ai donc orienté mon bureau pour qu'il fasse face à la fenêtre et je regarde les gens passés. Et en observant mes voisins, j'ai deviné l'occupation de certains, et je me suis faite une idée sur leurs vies. En somme, je me raconte des histoires. C'est pas méchant, c'est juste avoir de l'imagination.

Mon voisin d'en face est le plus intéressant. Il travaille de chez lui, vit avec son fils ado, et s'est récemment fait une nouvelle blonde. Je lui ai déjà dit bonjour à quelques reprises et je le trouve super sympathique. Et pis, d'autant plus qu'il est architecte (il a une grande table de dessin et les cheveux longs).

Mais non...j'ai entendu une conversation l'autre jour, une de ses clientes sur son portable qui dit " je ne peux pas te parler, je suis chez mon comptable" .Quoi?!!! Ton comptable??

Quelle déception!! Vous ne pouvez imaginer à quel point j'étais surprise. Comptable??!! Mais il "fit" tellement pas le profil de comptable!!

La morale de cette histoire: ne jamais se fier aux apparences.

3 comments:

jp said...

Fais attention avec ces histoires là. Une de mes amies qui est maman à la maison faisait la même chose, puis elle s'est mise a flirter avec le voisin et à aller plus loin même. Maintenant, elle connaît presque son horaire en observant sa voiture, ses habitudes, et surtout quand sa blonde est absente.

En regardant ta photo, je me disais que ca serait drôle que quelqu'un passe dans ta rue avec un panneau qui dit : "Mind your business" Tu sais, peut-être que quelqu'un sur un autre blog se dit la même chose de toi. Que cette personne t'invente une histoire. Quel rôle tu joue dans sa vision de ta vie?

vanou said...

C'est super beau de ta fenetre!

Doudou said...

Peut-être que la fille c'est sa maîtresse.
Elle devait parler à son chum et l'histoire du comptable n'était qu'un alibi.

Tant qu'à avoir de l'imagination, amusons-nous un peu.